Diên Biên Phù – Marc Alexandre Oho Bambe

Bonjour à toutes et à tous ! On se retrouve déjà aujourd’hui pour revenir aux romans. Celui que je vous présente aujourd’hui m’avait été proposé en lecture par le site lecteurs.com en tant que membre de leur Cercle Livresque. Il s’agit de « Diên Biên Phù » de Marc-Alexandre Oho Bambe paru aux éditions Sabine Wespieser. L’auteur est un poète et slameur camerounais qui signe ici un excellent premier roman, une histoire d’amour sur fond de guerre d’Indochine.

quatrieme_couverture

« Vingt ans après Diên Biên Phù, Alexandre, un ancien soldat français, revient au Viêtnam sur les traces de la « fille au visage lune » qu’il a follement aimée. L’horreur et l’absurdité de la guerre étaient vite apparues à l’engagé mal marié et désorienté qui avait cédé à la propagande du ministère. Au cœur de l’enfer, il rencontra les deux êtres qui le révélèrent à lui-même et modelèrent l’homme épris de justice et le journaliste militant pour les indépendances qu’il allait devenir : Maï Lan, qu’il n’oubliera jamais, et Alassane Diop, son camarade de régiment sénégalais, qui lui sauva la vie.
Avec ce roman vibrant, intense, rythmé par les poèmes qu’Alexandre a pendant vingt ans écrits à l’absente, Marc Alexandre Oho Bambe nous embarque dans une histoire d’amour et d’amitié éperdus, qui est aussi celle d’une quête de vérité. »

L'avis

Diên Biên Phu, un nom chantant pour une ville d’Indochine tristement célèbre pour la bataille meurtrière qui y a eu lieu et qui marquera le déclin de l’empire colonial français. Marc Alexandre Oho Bambé est camerounais et le décor de ce premier roman est un écho aux frémissements de révoltes dans les colonies africaines. La bataille de Diên Biên Phu annonce les prochains revers des Français en Algérie et en Afrique noire. L’auteur aborde ainsi les questions de colonialisme et d’impérialisme propres à son pays en en décrivant la situation vécue plus tôt par la population vietnamienne et en y délocalisant son action.

Dans cette histoire de fiction sur fond d’Histoire avec un grand H, nous suivons la quête d’Alexandre qui revient sur le théâtre de la guerre d’Indochine dans laquelle il était impliqué pour retrouver le coup de foudre de sa vie, Maï Lan. Après avoir vécu l’enfer sur place avec son frère d’armes sénégalais Diop, il est rentré en France aux côtés de sa femme et de ses enfants mais n’a jamais pu oublier ce visage de lune. Il s’exile donc des années plus tard au Vietnam et tente par tous les moyens de la retrouver. En marge de cette quête amoureuse, il se cherche également lui-même, se remet en question ainsi que son existence et ses actes durant la guerre. Il y est aussi question de volonté d’indépendance des peuples et du sentiment de liberté.

À travers les souvenirs du protagoniste, on découvre petit à petit son histoire pendant cet épisode traumatisant pour lui tout comme pour les ennemis d’en-face. Le récit est poignant et l’auteur mêle habilement le roman et la poésie. C’est la force de ce livre ! A priori, je ne suis pas sensible à la poésie mais, ici, j’ai été transportée par les nombreux poèmes qui parsèment le récit. Le roman en tant que tel est aussi un poème en prose tant les figures de style sont présentes et tant l’auteur attache de l’importance à la forme. Tout est très bien décrit et j’ai trouvé le récit très visuel, on se sent en permanence aux côtés d’Alexandre. C’est simple, écrit avec une sensibilité manifeste mais cela reste percutant !

Je pense que je n’aurais pas été de moi-même vers ce roman en lisant la quatrième de couverture d’autant qu’il s’agit d’un premier roman et que l’auteur m’était inconnu. J’en avais entendu parler sur lecteurs.com l’année passée, j’étais donc curieuse de le lire. Quand je l’ai vu dans la sélection pour le Club Livresque, je me suis dit que c’était l’occasion de sortir de ma zone de confort et je me réjouis aujourd’hui de cette curiosité. N’hésitez donc pas à découvrir une très belle plume africaine qui va sans nul doute vous ouvrir à d’autres horizons ! Une excellente découverte !

enthousiasmant

Dien Bien Phu, Marc-Alexandre Oho Bambe
Sabine Wespieser éditeur, 192 pages
Date de parution : mars 2018

7 commentaires sur “Diên Biên Phù – Marc Alexandre Oho Bambe

Ajouter un commentaire

    1. Ton commentaire me fait très plaisir ! 😁 Je suis ravie qu’il t’ait plu et de t’avoir fait découvrir cette belle plume.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

Ô grimoire !

Des livres, des livres et encore des livres...

Lunivers dune lectrice

“L'acte d'écrire peut ouvrir tant de portes, comme si un stylo n'était pas vraiment une plume mais une étrange variété de passe-partout.” Stephen King

LIRE ET PLAISIR

Pour partager, ensemble, le plaisir de la lecture

The Eden of Books

Blog littéraire - Chroniques des lectures d'une bibliothécaire belge

amandineisreading.wordpress.com/

Les chroniques d'Amandineisreading

Tea Time in Bloomsbury

“If you are cold, tea will warm you; if you are too heated, it will cool you; If you are depressed, it will cheer you; If you are excited, it will calm you.” ― William Ewart Gladstone

A livre ouvert

Le blog littéraire de toutes vos idées lectures !

L'épaule d'Orion - blog de SF

-I've read things you people wouldn't believe-

Christlbouquine

Un blog pour lire et partager...

Le blog NetGalley

La page des lecteurs qui recommandent et font la différence.

%d blogueurs aiment cette page :