Le français est à nous ! – Maria Candea et Laélia Véron

Hello tout le monde ! Cela fait longtemps que je dois vous chroniquer cet essai reçu via la plate-forme NetGalley. Peu avant sa sortie en avril de cette année, j’avais déjà repéré ce bouquin quand son éditeur La Découverte en faisait la promotion sur Twitter. La linguistique ainsi que l’histoire et l’évolution de la langue française ont en effet toujours attisé ma curiosité et le titre « Le français est à nous ! Petit manuel d’émancipation linguistique » ne pouvait que m’intéresser ! Respectivement docteure en linguistique et docteure en langue et littérature françaises, les deux autrices, Maria Candéa et Laélia Véron, savent de quoi elles parlent et vulgarisent très bien le sujet en abordant de nombreux sujets actuels sur langue et en remettant en question des convictions ancrées chez beaucoup de locuteurs francophones.

quatrieme_couverture

« À force de le lire et de l’entendre, cela semble admis : la langue française serait en péril. Diverses menaces contribueraient à la dégrader : les argots, les anglicismes, les barbarismes, le langage SMS, le politiquement correct, etc. De fait, défendre la langue est devenu un prétexte facilement recevable pour tempêter contre la société contemporaine (forcément décadente). Mais qu’est-ce donc qu’aimer la langue française ? C’est passer du temps à lire, parler, écrire et surtout s’interroger : sur la langue, mais aussi sur les discours qui la concernent et sur ceux qui sont tenus en son nom. Le français n’est pas figé, il a une histoire, qui continue à s’écrire. Si la langue est un dispositif de maintien de l’ordre social, elle est aussi une construction politique qu’il est possible de se réapproprier. Entrons ensemble dans l’histoire sociopolitique du français et dans les débats citoyens qui y ont trait ! Ce sera l’occasion de découvrir les liens subtils entre langue, politique et société. De voir qu’on peut à la fois aimer le français, sa richesse, sa complexité et son histoire, et avoir confiance dans sa vitalité, sans se complaire dans la nostalgie d’un passé mythique. Avoir l’ambition de se saisir de la langue française est une démarche exigeante, mais c’est une exigence joyeuse. Alors n’ayons pas peur de le proclamer : le français est à nous ! »

L'avis

Dans cet essai, les deux autrices veulent nous convaincre qu’il faut s’approprier notre langue et ne pas avoir peur de sa prétendue dégradation. De nombreux ouvrages alarmistes sur la langue voudraient nous faire croire qu’il faut absolument lutter contre les menaces que seraient les anglicismes, les barbarismes ou encore le langage SMS. Il faut oser s’interroger sur la langue, la remettre en question, ne pas la voir comme une entité figée appartenant seulement à l’Académie française ou aux équipes de rédaction des dictionnaires comme elles l’expliquent très bien dans le préambule de ce livre.

« « Le français est à nous ! » ne veut pas être un simple slogan, mais l’invitation à entamer une démarche d’appropriation collective des débats sur la langue, ses usages et son enseignement. Une démarche d’émancipation. »

L’essai se divise en trois parties. La première pose quelques bases de la linguistique de façon claire sans entrer dans les détails en abordant la définition de la langue, la notion de faute, la grammaire ou encore les néologismes. La deuxième partie « Au nom de la langue » traite des aspects politiques et sociétaux qui ont secoué ou secouent la langue encore aujourd’hui comme la masculinisation du français, la diffusion du français dans les colonies ou la notion de francophonie. Enfin, la dernière partie revient sur des périodes clés de l’histoire qui ont forgé le mythe de la langue de l’Âge classique à la révolution numérique.

Dès le début, le ton provocateur des deux autrices et le propos de ce livre m’ont fait penser à un spectacle-conférence que j’ai vu il y a quelques années au théâtre qui s’appelait « La convivialité ». Deux anciens profs de français partaient du postulat simple que la langue française est un dogme. Pour la plupart d’entre nous, elle n’est pas susceptible d’être remise en question sans susciter une levée de boucliers de la part des puristes et pourtant, la liste de ses absurdités dressée par les deux profs pendant le spectacle est longue. Pas mal de mes idées préconçues sur la langue et l’orthographe ont volé en éclat à la sortie de ce spectacle (le texte a d’ailleurs été publie si cela vous intéresse sous le titre La faute de l’orthographe). Cet essai est donc dans la parfaite continuité de cette première approche de la linguistique.

Grâce à la première partie, on comprend facilement des notions de base en linguistique car elles sont expliquées clairement sans termes outrageusement techniques. Les autrices abordent de nombreux concepts sans trop survoler et sans trop rentrer dans les détails. Le tout se lit de manière très fluide et elles nous proposent à la fin de nombreuses références pour creuser la question. Ensuite, elles entrent dans quelques sujets polémiques notamment la féminisation de la langue ou l’écriture inclusive. Des anecdotes savoureuses nous éclairent sur l’absurdité de certaines règles établies il y a plusieurs siècles pour des raisons purement arbitraires.

« En 1647, Claude Fabre de Vaugelas écrit, dans ses Remarques sur la langue française : « Le genre masculin, étant le plus noble, doit prédominer toutes les fois que le masculin et le féminin se trouvent ensemble. »

Les autrices procèdent de la même manière pour nous ouvrir les yeux sur l’incohérence de certaines règles orthographiques et tirent à boulets rouges sur l’institution vieillissante et obsolète qu’est aujourd’hui l’Académie Française. Volontairement provocatrices et avec leur rigueur toute scientifique, les deux autrices nous amènent à poser un regard critique sur notre langue qu’on pensait pourtant figée. Pourquoi, par exemple, le recours à l’acronyme CQFD est encouragé alors que l’utilisation de MDR est mal vue ? Elles nous font remarquer de manière rationnelle que tous les deux ont le même statut linguistique mais que l’on va juger le niveau social de la personne qui le dit. Tous ces exemples nous amènent à réfléchir et à prendre du recul sur le fétichisme dont fait parfois l’objet le français. Elles abordent enfin le temps perdu à l’enseignement, par exemple, des règles du participe passé à l’école, des règles qui pourraient être plus logiques et plus simples (sans rendre la langue simpliste pour autant !).

« L’orthographe, divinité des sots. »

Stendhal, Lettres à Pauline, 1804

En conclusion, on peut aimer le français tout en acceptant ses évolutions et en étant pas réfractaire aux tentatives de réforme de la langue. Tout en combattant l’insécurité linguistique, les deux autrices dressent un portrait succinct de la langue, de ses évolutions et nous placent devant nos contradictions. On peut ne pas être d’accord avec tout ce qu’elles disent dans cet essai mais force est de constater qu’en refermant ce livre, nombre de vos certitudes sur la langue pourraient bien être ébranlées. Vous pourriez bien vous dire : « Et finalement, pourquoi pas ? » quant à la dernière réforme de l’orthographe qui finalement ne va peut-être pas assez loin et que vous aviez toujours dénigrée car, après tout, le français est à nous !

Un dernier petit clin d’œil 😉

« […] On considère qu’une sonorité est belle simplement parce qu’on a l’habitude de l’entendre. De nombreuses personnes vont dire que le mot « autrice » sonne mal… simplement parce que nous n’avons pas l’habitude de l’utiliser. Mais il va être difficile de prouver que, phonétiquement, il serait laid alors qu' »actrice » , formé exactement de la même manière, ne serait pas laid. » (p.42)

tampon_recommander

Le français est à nous ! Petit manuel d’émancipation linguistique, Maria Candea et Laélia Véron
Éditions de La Découverte, 240 pages
Date de parution : avril 2019

Publicités

2 commentaires sur “Le français est à nous ! – Maria Candea et Laélia Véron

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

Ô grimoire !

Des livres, des livres et encore des livres...

Lunivers dune lectrice

“L'acte d'écrire peut ouvrir tant de portes, comme si un stylo n'était pas vraiment une plume mais une étrange variété de passe-partout.” Stephen King

LIRE ET PLAISIR

Pour partager, ensemble, le plaisir de la lecture

The Eden of Books

Blog littéraire - Chroniques des lectures d'une bibliothécaire belge

amandineisreading.wordpress.com/

Les chroniques d'Amandineisreading

Tea Time in Bloomsbury

“If you are cold, tea will warm you; if you are too heated, it will cool you; If you are depressed, it will cheer you; If you are excited, it will calm you.” ― William Ewart Gladstone

A livre ouvert

Le blog littéraire de toutes vos idées lectures !

L'épaule d'Orion - blog de SF

-I've read things you people wouldn't believe-

Christlbouquine

Un blog pour lire et partager...

Le blog NetGalley

La page des lecteurs qui recommandent et font la différence.

%d blogueurs aiment cette page :