Sous les branches de l’udala – Chinelo Okparanta

Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui, je peux enfin vous parler plus en profondeur des romans que j’ai lus dans le cadre de l’opération Explorateurs de la rentrée littéraire de lecteurs.com. Si vous ne connaissez pas, c’est un site communautaire de lectures à l’image de Babelio et chaque année, ils permettent à cinquante lectrices et lecteurs de lire quatre romans de la rentrée en avant-première et de partager leurs impressions.

clubdesexplorateurs_02

La semaine dernière, tous les Explorateurs ont publié leurs avis sur le site et je peux, à présent, vous les présenter ici 🙂 Via les échanges avec les autres lecteurs sur le groupe Facebook, ce fut une belle aventure et ce n’est pas fini car le site nous réserve encore des surprises ! Je vous présente donc ma première lecture qui a été un vrai coup de cœur : Sous les branches de l’udala de Chinelo Okparanta et traduit par Carine Chichereau.

La quatrième de couverture

Ijeoma a onze ans lorsque la guerre civile éclate au cœur de la jeune république du Nigeria. Son père est mort et sa mère, aussi abattue qu’impuissante, lui demande de partir quelques temps et d’aller vivre à Nweni, un village voisin. Hébergée par un professeur de grammaire et son épouse, Ijeoma rencontre Amina, une jeune orpheline. Et les fillettes tombent amoureuses. Tout simplement.
Mais au Biafra, dans les années 1970, l’homosexualité est un crime.
Commence alors le long et douloureux combat d’Ijeoma pour réussir à vivre ses désirs et, surtout, à comprendre qui elle est : il y aura la haine de soi, les efforts pour faire ce que l’on attend d’elle, et, enfin, la puissance des sentiments, envers et contre tous…

L'avis

Pendant la guerre civile au Nigéria, Ijeoma, onze ans, perd son père et sa mère se retrouve alors complètement démunie. Cette dernière envoie donc sa fille à l’abri chez des amis qui l’emploieront comme bonne. Là-bas, elle rencontre Amina et en tombe amoureuse. Mais, dans le Nigéria très conservateur des années 70, l’homosexualité est perçue comme une abomination et Ijeoma va devoir se soumettre et refouler ses désirs.

Je lis très peu de littérature africaine, j’étais donc ravie de pouvoir découvrir ce premier roman d’une jeune auteure nigériane en avant-première. Dès les premières pages et malgré mes petites lacunes historiques, j’ai été happée par l’histoire poignante d’Ijeoma à laquelle il est impossible de ne pas s’attacher. D’un style fluide et grâce à des chapitres courts, Chinelo Okparanta nous embarque de manière magistrale dans son pays natal. J’ai trouvé l’intrigue remarquablement maîtrisée pour un premier roman. À travers l’histoire particulière d’Ijeoma, l’auteure aborde les difficiles relations inter-ethniques, le poids de la religion dans la société nigériane et la guerre du Biafra. Mais surtout, elle dénonce le fait que l’homosexualité soit taboue et considérée comme un délit passible de la lapidation. Certes, le roman se passe dans les années 70 mais rien n’a changé aujourd’hui et l’homosexualité est encore violemment réprimée dans le pays. J’ai beaucoup aimé la manière subtile dont l’auteure s’est intéressée à ces sujets sociétaux importants par le biais du récit. J’ai découvert un pays gangréné par la peur de l’autre et l’omniprésence de la religion. On sent que l’auteure sait de quoi elle parle et cela ne rend le roman que plus réaliste.

Il s’agit également d’un formidable roman d’apprentissage dans lequel Ijeoma découvre l’amour et des sentiments très forts mais aussi la violence et l’intolérance. Elle va devoir se construire dans ce pays hostile à son identité, à ce qu’elle est au plus profond d’elle-même et lutter contre l’adversité pour espérer s’épanouir un jour. Une ode à l’espérance !

Bref, cette pépite de la rentrée littéraire fut une excellente surprise. D’une belle plume, l’auteure nous livre un roman puissant dont il faut également souligner l’excellente traduction de Carine Chichereau.

tampon_recommander

Sous les branches de l’udala, Chinelo Okparanta
Éditions Belfond, 384 pages
Date de parution : 23/08/2018

Publicités

6 commentaires sur “Sous les branches de l’udala – Chinelo Okparanta

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

Ô grimoire !

Des livres, des livres et encore des livres...

Lunivers dune lectrice

“L'acte d'écrire peut ouvrir tant de portes, comme si un stylo n'était pas vraiment une plume mais une étrange variété de passe-partout.” Stephen King

LIRE ET PLAISIR

Pour partager, ensemble, le plaisir de la lecture

The Eden of Books

Blog littéraire - Chroniques des lectures d'une bibliothécaire belge

amandineisreading.wordpress.com/

Les chroniques d'Amandineisreading

Tea Time in Bloomsbury

“If you are cold, tea will warm you; if you are too heated, it will cool you; If you are depressed, it will cheer you; If you are excited, it will calm you.” ― William Ewart Gladstone

A livre ouvert

Le blog littéraire de toutes vos idées lectures !

L'épaule d'Orion - blog de SF

-I've read things you people wouldn't believe-

Christlbouquine

Un blog pour lire et partager...

Le blog NetGalley

La page des lecteurs qui recommandent et font la différence.

%d blogueurs aiment cette page :