[C’est la rentrée !] Mes envies pour la rentrée littéraire 2018 (3/3)

Bonjour à toutes et à tous ! On se retrouve aujourd’hui pour mon dernier article sur la rentrée littéraire grands formats consacré aux romans étrangers. Un article sur les sorties poches que je vous conseille ou qui me font envie arrivera bientôt 😉 C’est parti pour cette dernière salve de tentations !

9782226398963-j.jpg

Une douce lueur de malveillance de Dan Chaon (Albin Michel)
Traduit de l’anglais par Hélène Fournier

Date de parution : 22/08/2018

« Nous n’arrêtons pas de nous raconter des histoires sur nous-mêmes. Mais nous ne pouvons maîtriser ces histoires. Les événements de notre vie ont une signification parce que nous choisissons de leur en donner une. »

Tel pourrait être le mantra de Dustin Tillman, psychologue dans la banlieue de Cleveland. Ce quadragénaire, marié et père de deux adolescents, mène une vie somme toute banale lorsqu’il apprend que son frère adoptif, Rusty, vient d’être libéré de prison. C’est sur son témoignage que, trente ans plus tôt, celui-ci a été condamné à perpétuité pour le meurtre de leurs parents et de deux proches. Maintenant que des tests ADN innocentent son frère, Dustin s’attend au pire.

Au même moment, l’un de ses patients, un policier en congé longue maladie, lui fait part de son obsession pour une étrange affaire : la disparition de plusieurs étudiants des environs retrouvés noyés, y voyant la marque d’un serial killer. Pour échapper à sa vie personnelle, Dustin se laisse peu à peu entraîner dans une enquête périlleuse, au risque de franchir les limites que lui impose son rôle de thérapeute.

heures rouges

Les heures rouges de Léni Zumas (Presses de la cité)
Traduit par Anne Rabinovitch

Date de parution : 16/08/2018

États-Unis, demain. Avortement interdit, adoption et PMA pour les femmes seules sur le point de l’être aussi. Non loin de Salem, Oregon, dans un petit village de pêcheurs, cinq femmes voient leur destin se lier à l’aube de cette nouvelle ère. Ro, professeure célibataire de quarante-deux ans, tente de concevoir un enfant et d’écrire la biographie d’Eivør, exploratrice islandaise du xixe. Des enfants, Susan en a, mais elle est lasse de sa vie de mère au foyer – de son renoncement à une carrière d’avocate, des jours qui passent et se ressemblent. Mattie, la meilleure élève de Ro, n’a pas peur de l’avenir : elle sera scientifique. Par curiosité, elle se laisse déshabiller à l’arrière d’une voiture… Et Gin. Gin la guérisseuse, Gin au passé meurtri, Gin la marginale à laquelle les hommes font un procès en sorcellerie parce qu’elle a voulu aider les femmes.

CV_URIBE_Heure-de-nous-reveiller-600x847

L’heure de nous réveiller ensemble, Kirmen Uribe (Le castor austral)

Date de parution : août 2018

Au sortir de la guerre civile espagnole, Karmele Urresti rencontre à Paris, son futur mari, le musicien Txomin Letamendi. Ensemble, ils militent pour la cause basque à travers un projet artistique collectif qui les fera voyager dans toute l’Europe. Quand la capitale française passe aux mains des Allemands, le couple s’enfuit pour le Venezuela. Là-bas, la Résistance continue : Txomin accepte de rejoindre les services secrets du gouvernement basque en exil (qui travaille avec l’OSS et le président Roosevelt). Bientôt, on le rappelle au pays : ils rentrent en Espagne avec leurs enfants au beau milieu de la Seconde Guerre mondiale, où ils retrouvent leurs parents, frères et soeurs, tous en lutte contre le fascisme. Mais ses activités d’espionnage conduiront à l’arrestation du mari de Karmele : lui, ne survivra pas à la dictature ; elle, doit partir, en laissant ses deux fils et sa fille. Des années plus tard, alors qu’elle reconstitue tout juste son foyer, ce sont ses enfants qui sentent vibrer en eux la fibre patriotique…

coeur converti

Le cœur converti de Stefan Hertmans (Gallimard, Du monde entier)
Traduit du néérlandais par Isabelle Rosselin

Date de parution : 23/08/2018

Lorsque Stefan Hertmans apprend que Monieux, le petit village isolé du Vaucluse où se situe sa résidence secondaire, a été le théâtre d’un pogrom il y a mille ans et qu’un trésor y serait caché, il se met en quête d’indices. Une lettre de recommandation découverte dans une synagogue du Caire le met sur la trace d’une jeune femme de noble lignée, convertie par amour pour le fils du grand rabbin de Narbonne, qui aurait trouvé refuge à Monieux au début du XI e siècle.
Il imagine alors l’histoire de la jeune Vigdis, issue d’une famille aisée et puissante de Rouen, amoureuse de David, qui y étudie à la yeshiva. Au péril de sa vie, elle le suit dans le sud, commence à prier son dieu et devient Hamoutal. Son père ayant promis une forte somme à qui la ramènerait des chevaliers normands se lancent à sa poursuite. À Monieux, David et elle auront trois enfants et mèneront une vie paisible. Mais les Croisés, de plus en plus nombreux sur le chemin de Jérusalem, semant mort et destruction dans leur sillage, font halte dans le bourg.

asymétrie

Asymétrie, de Lisa Halliday (Gallimard)
Traduit de l’américain par Hélène Cohen

Date de parution : 16/08/2018

Alors qu’elle lit dans la chaleur d’un parc new-yorkais, Alice est abordée par un homme qui pourrait être son grand-père. Il s’agit d’Ezra Blazer, un écrivain célèbre et respecté, que la jeune femme, qui travaille dans le milieu de l’édition, reconnaît aussitôt. C’est le début d’une relation charnelle et intellectuelle, rafraîchissante pour lui, déterminante pour elle. La suite du roman, sans lien apparent avec cette liaison inattendue, se déroule du côté de Londres. Amar Jaafari est retenu à l’aéroport alors qu’il tente de rejoindre sa famille en Irak. Le pays a été envahi par les États-Unis pendant qu’Alice et Ezra jouaient au Scrabble ou regardaient un match de base-ball. Entre deux interrogatoires, les souvenirs d’Amar affluent. Des souvenirs d’enfance ; d’autres, plus récents, dans lesquels le conflit irakien se fait de plus en plus menaçant. Qu’est-ce qui relie ces deux récits, qui ne semblent pourtant pas devoir se croiser ? L’interview musicale et piquante d’Ezra Blazer, qui vient clôturer le roman, fournit la clé de ce puzzle littéraire bouleversant.*

marcheuse.jpeg

La Marcheuse, de Samar Yasbek (Stock, Cosmopolite)
Traduit de l’arabe (Syrie) par Khaled Osman

Date de parution : 22/08/2018

Rima aime les livres, surtout Le Petit Prince et Alice au pays des merveilles, le dessin et… marcher. La jeune fille, qui ne parle pas, souffre d’une étrange maladie : ses jambes fonctionnent indépendamment de sa volonté, dès qu’elle se met à marcher elle ne peut plus s’arrêter.
Un jour d’août 2013, alors qu’elle traverse Damas en bus, un soldat ouvre le feu à un check-point. Sa mère succombe sous les balles et Rima, blessée, est emmenée dans un hôpital pénitencier avant que son frère ne la conduise dans la zone assiégée de la Ghouta. Et c’est là, dans cet enfer sur terre, que Rima écrit son histoire.
À travers la déambulation vive et poétique de cette adolescente singulière dans l’horreur de la guerre, Samar Yazbek continue son combat pour exposer aux yeux du monde la souffrance du peuple syrien.

evasion

Évasion, de Benjamin Whitmer (Gallmeister)
Traduit de l’américain par Jacques Mailhos

Date de parution : 06/09/2018

1968. Le soir du Réveillon, douze détenus s’évadent de la prison d’Old Lonesome, autour de laquelle vit toute une petite ville du Colorado encerclée par les montagnes Rocheuses. L’évènement secoue ses habitants, et une véritable machine de guerre se met en branle afin de ramener les prisonniers… morts ou vifs. À leurs trousses, se lancent les gardes de la prison et un traqueur hors pair, les journalistes locaux soucieux d’en tirer une bonne histoire, mais aussi une trafiquante d’herbe décidée à retrouver son cousin avant les flics… De leur côté, les évadés, séparés, suivent des pistes différentes en pleine nuit et sous un blizzard impitoyable. Très vite, une onde de violence incontrôlable se propage sur leur chemin.

population 48

Population : 48 de Adam Sernbergh (Super 8 Éditions)
Traduit par Charles Bonnot

Date de parution : 11/10/2018

Caesura Texas – une minuscule bourgade clôturée, au fin fond du désert. Population ? 48 habitants. Des criminels, a priori. Ou des témoins. Comment savoir ? Tous ces gens ont changé d’identité, et leur mémoire a été effacée. Pour leur bien. Dans l’optique d’un nouveau départ.

En échange de l’amnistie, les résidents doivent accepter trois règles simples : aucun contact avec l’extérieur, aucun visiteur, et aucun retour possible en cas de départ. Une expérience unique, menée par un mystérieux institut. Pendant huit ans, tout ce petit monde est resté à peu près en place. Jusqu’à aujourd’hui. Errol Colfax, en effet, s’est suicidé… avec une arme qu’il n’aurait jamais dû posséder. Puis Hubert Humphrey Gable est assassiné. Calvin Cooper, le shérif local, est contraint de mener l’enquête. Ce faisant, il risque de déterrer des secrets que l’essentiel des habitants – y compris lui-même – auraient préféré voir rester enfouis. Trop tard pour faire marche arrière. Bientôt, un irrépressible déferlement de violence va s’abattre sur les rues poussiéreuses de Caesura…

regles douloureuses

Règles douloureuses, Kopano Matlwa (Le serpent à plumes)

Traduit de l’anglais par Camille PAUL

Date de parution : 30/08/2018

Nous sommes en 2015, en Afrique du Sud. Des années durant, Masechaba a souffert de douleurs chroniques liées à une endométriose. Le sang a forgé son caractère, non seulement il a fait d’elle une personne solitaire, presque craintive, mais il l’a aussi poussé à devenir médecin. Quand débute le roman, elle est interne dans un hôpital. Dans le flux ininterrompu des patients, elle s’interroge sur sa capacité à les aimer tous, à leur donner toutes ses forces, tout son dévouement. Elle doute souvent, à l’opposé de sa meilleure amie, son modèle qui bien souvent pourtant l’ignore, voire la rudoie, Nyasha. Nyasha est zimbabwéenne, or l’Afrique du Sud vit alors une époque de racisme brutal.
Un jour, après avoir été accusée par son amie de ne pas avoir pris assez soin d’un patient étranger blessé lors d’émeutes xénophobes, elle décide de publier une pétition demandant le retour à la tolérance et à des valeurs humanistes.
En retour, elle sera violée par trois hommes, pour lui apprendre à rester à sa place.

Coupable-en-toute-innocence

Coupable en toute innocence – J’ai grandi parmi les néonazis de Heid Benneckenstein (Liana Lévi)

Date de parution : 04/10/2018

Issue d’une famille de Bavière apparemment banale, Heidi grandit sans poupée Barbie ni dessin animé, dans un milieu où l’on prépare l’avènement d’un 4e Reich. On y expédie les enfants dans des camps paramilitaires clandestins, leur inocule la terreur de la guerre imminente et les immunise contre la « société contemporaine décadente ». Fragilisée par un père destructeur mais charismatique dont le fanatisme l’influencera longtemps, Heidi va d’échecs scolaires en échecs professionnels.
Elle n’est quelqu’un que sur la scène néonazie, où elle se radicalise à grand renfort de bières et de baston avec les « antifas ». Elle se rapproche du NPD, fait campagne pour lui, et se lie avec le chanteur néonazi Flex (alias Felix Benneckenstein). La perspective de fonder une famille, la violence des luttes internes, l’incarcération de Felix, et enfin la découverte des crimes xénophobes de la cellule underground de Zwickau (NSU) en 2011 les détermineront tous deux à rompre avec le milieu.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

Ô grimoire !

Des livres, des livres et encore des livres...

Lunivers dune lectrice

“L'acte d'écrire peut ouvrir tant de portes, comme si un stylo n'était pas vraiment une plume mais une étrange variété de passe-partout.” Stephen King

LIRE ET PLAISIR

Pour partager, ensemble, le plaisir de la lecture

The Eden of Books

Blog littéraire - Chroniques des lectures d'une bibliothécaire belge

amandineisreading.wordpress.com/

Les chroniques d'Amandineisreading

Tea Time in Bloomsbury

“If you are cold, tea will warm you; if you are too heated, it will cool you; If you are depressed, it will cheer you; If you are excited, it will calm you.” ― William Ewart Gladstone

A livre ouvert

Le blog littéraire de toutes vos idées lectures !

L'épaule d'Orion - blog de SF

-I've read things you people wouldn't believe-

Christlbouquine

Un blog pour lire et partager...

Le blog NetGalley

La page des lecteurs qui recommandent et font la différence.

%d blogueurs aiment cette page :